30
Mai
2015

L’annonce qui dissuade de vendre

Philémon, ami du grand orateur Démosthène*, l’aborde sur la place du marché et lui demande :

– Maître, je veux vendre ma maison, tu la connais si bien pour l’avoir fréquentée lors de mes banquets. Pourrais-tu écrire une belle annonce que je laisserai à la vue de tous sur l’agora ?

Démosthène prend une tablette de cire, un stylet et se met à écrire :

Je vends une propriété enchanteresse, où chantent les oiseaux dès que pointe l’aube, où le vent agite les feuilles des oliviers, où une eau de source cristalline coule en abondance, où le patio baigné par le soleil naissant du matin offre au soir une ombre bienfaisante.

Des mois plus tard, Démosthène rencontre son ami et lui demande s’il a vendu sa propriété.

– Ah non ! Je n’y pense même plus, lui répond-il. Quand j’ai lu ton annonce, j’ai compris quel trésor je possédais là et j’ai renoncé à m’en séparer.


*Démosthène, né en 384 av. J.-C. à Athènes , mort en 322 av. J.-C à Calaurie (île grecque de la mer Egée, appelée aujourd’hui Poros) est un homme d’État athénien. Il est l’un des plus grands orateurs de l’antiquité.

« Posséder sans profiter n’est rien. »
Morale de la fable « L’avare » d’Ésope, écrivain grec. 620-564 av. J-C.

Version PDF de « L’annonce qui dissuade de vendre »

Merci d’indiquer l’adresse de mon site si vous y empruntez ce texte : www.metafora.ch

Autres articles à découvrir

Vous avez une solution. Mais y a-t-il un problème ?
Voyage à RectoVerso. Conte philosophique
Le génie de chacun
Les aveugles et l’éléphant
Donner est la meilleure façon de communiquer
Le message sans expéditeur
Une façon intéressante de négocier
Aggraver la faute pour justifier la sentence
La connaissance vient de l’expérience
Ne pense pas aux crocodiles