1
Mai
2015

Le vent de l’oubli

Deux amis qui marchaient dans le désert se disputèrent et l’un d’eux donna une gifle à l’autre. Ce dernier, sans rien dire, écrivit dans le sable:

« Aujourd’hui mon meilleur ami m’a donné une gifle »

Ils continuèrent à marcher et trouvèrent une oasis dans laquelle ils décidèrent de se baigner. Celui qui avait été giflé manqua de se noyer et son ami le sauva. Quand il se fut repris, il grava sur une pierre:

« Aujourd’hui mon meilleur ami m’a sauvé la vie »

Celui qui avait donné la gifle et sauvé son ami lui demanda:

– Quand je t’ai blessé tu as écrit dans le sable, et maintenant tu as écrit dans la pierre. Pourquoi ?

L’autre répondit:

– Quand quelqu’un nous blesse, nous devons l’écrire dans le sable, où le vent de l’oubli l’effacera. Mais quand quelqu’un fait quelque chose de bien pour nous, nous devons le graver dans la pierre, où rien ne peut l’effacer.

 

Histoire d’origine inconnue. Si vous connaissez son origine, merci de nous la transmettre: c.brulhart@bluewin.ch
Vous pouvez utiliser librement ce document. Merci de mentionner mon site: www.metafora.ch

Le vent de l’oubli, version PDF

 

Autres articles à découvrir

31 techniques pour désamorcer les agressions et les manipulations
Les deux pommes
L’homme qui avait honte de son père
Le consultant et le berger
Un geste noble en réponse à un noble geste
Le Silence de nos Amis
L’injure salit celui qui la profère
Savoir dire « NON »
Le racisme pris à son propre piège
Écouter plus, parler moins