11
Avr
2015

Le Miroir du Samouraï

Dans les provinces du Japon ancien vivait un samouraï célèbre pour ses exploits guerriers, sa force et sa bravoure. Malgré sa gloire et sa réputation, et bien qu’il possédât tout ce qu’il désirait, il ressentait au fond de lui une insatisfaction diffuse et profonde.

Il se rendit, dans son armure rutilante, chez un vieux maître zen pour lui demander conseil :

– Je suis soucieux et anxieux, dit-il, et je ne connais pas la raison de mon état. Peux-tu m’éclairer ?

Le maître lui tendit un miroir en lui disant :

– Contemple-toi dans ce miroir, tu trouveras une réponse à ta requête.

Le samouraï se regarda. C’était bien lui, mais il était vêtu comme un marchand.

– Qu’est-ce que cela veut dire ? Interrogea-t-il.

– C’est le chemin que tu dois suivre, lui répondit le maître.

Le samouraï délaissa son armure et durant de longues années, il parcourut le pays en tous sens, achetant et revendant toutes sortes de biens.

Il retourna chez le maître qui lui tendit à nouveau le miroir.

Le samouraï se regarda. C’était bien lui, mais il était vêtu comme un paysan.

– Qu’est-ce que cela signifie ? Interrogea-t-il.

– C’est le chemin que tu dois suivre, lui répondit le maître.

Le samouraï s’acheta alors une humble chaumière et durant de longues années, il laboura la terre.

Il retourna chez le maître qui lui tendit à nouveau le miroir. Le samouraï s’y vit habillé comme un mendiant :

– Je suppose que c’est le chemin que je dois encore parcourir, dit-il au maître. Celui-ci acquiesça.

Notre samouraï parcourut les villes et villages de sa province, tendant la main pour quêter un peu de nourriture.

Après quelques années, il se rendit à nouveau chez le maître. Celui-ci lui tendit le miroir en silence. Au moment où le samouraï empoigna le miroir, celui-ci disparut et il n’eut plus, devant les yeux, que la réalité nue et crue. Le monde entier lui appartenait.

Charles Brulhart

 

J’ai écrit cette histoire pour accompagner mes Voeux de Nouvel An 2008.
Vous pouvez l’utiliser librement, à condition d’indiquer mon nom d’auteur: Charles Brulhart, ainsi que le nom de mon site: www.metafora.ch

Version PDF du « Miroir du Samouraï »

 

Autres articles à découvrir

Voyage à RectoVerso. Conte philosophique
L’homme qui avait honte de son père
Aggraver la faute pour justifier la sentence
Les Trois Portes de la Sagesse
Agir ou Accepter
Les roues de la vie
Poisson frais à vendre ici
Le consultant et le berger
Maître et Disciple
Le tre Porte della Saggezza