17
Juin
2015

Donner est la meilleure façon de communiquer

Donner est la meilleure façon de communiquer et de s’enrichir.
La Vie nous rend sous une forme ou une autre ce que nous donnons.

Mais ce n’est pas un reçu pour un donné.
Car ce qu’on reçoit en retour ne vient pas nécessairement de celles ou ceux à qui on a donné.
Cela peut venir d’ailleurs et on ne sait ni d’où ni quand.
C’est la vie qui donne à la vie.

Attendre quelque chose en retour de la personne à qui on a donné peut être un piège: l’attente est le germe de la frustration. Parce que souvent on reçoit en retour autre chose que ce que l’on attendait.

Une façon de pallier à cela consiste à remplacer l’attente par l’accueil: ne rien attendre de précis en retour et accueillir ce que l’autre nous donne, à sa façon.

Ou ne donner que si l’acte de donner contient en lui-même sa propre récompense. On donne parce que ça nous convient, ça nous fait plaisir, et on n’attend donc rien en retour. Si on reçoit  quelque chose en retour, c’est un plus. Si on ne reçoit rien, il n’y a pas de frustration.

Si le don contient sa propre gratification, on n’attend pas non plus de remerciements.
Dans certaines cultures, ce n’est pas celui qui reçoit qui remercie mais celui qui donne: « Je te remercie d’accepter ce que je t’offre ».

Respecter le rituel consistant à dire merci quand on reçoit un don est une bonne chose. Mais être frustré si on  ne nous a pas remercié peut vouloir dire que notre don ne se suffisait pas à lui-même.

Pour illustrer ces réflexions sur le don, je vous propose deux pistes:
une vidéo thaïe et un texte de Khalil Gibran.

 

 

Version anglaise de cette vidéo sur You Tube: Giving is the best communication

Texte de Khalil Gibran sur « Le Don »

Lien vers une vidéo analogue

 

 

 

Autres articles à découvrir

Vous avez une solution. Mais y a-t-il un problème ?
Voyage à RectoVerso. Conte philosophique
Le génie de chacun
Les aveugles et l’éléphant
L’homme qui avait honte de son père
Le message sans expéditeur
L’annonce qui dissuade de vendre
Aggraver la faute pour justifier la sentence
L’homme perdu dans le désert
La connaissance vient de l’expérience